Forum interreligieux

Espace d'échanges entre croyants et non-croyants
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Spinoza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lhirondelle
Admin
Admin
avatar

Messages : 1725
Date d'inscription : 05/04/2013
Age : 54
Localisation : Belgique francophone

MessageSujet: Spinoza   Ven 19 Avr 2013 - 21:04

Voici le lien que nous propose Spin à propos de Spinoza

Citation :

Traité théologico-politique (Baruch Spinoza)

Le programme est annoncé d'entrée de jeu :

Quelques dissertations où l'on fait voir que la liberté de philosopher non seulement peut être accordée sans danger pour la piété et la paix de l'Etat, mais même qu'on ne peut la détruire sans détruire en même temps la paix de l'Etat et la piété elle-même.

Cette liberté était très relative pour lui-même. On sait par sa correspondance que certains de ses amis lui ont fortement conseillé de mettre de l'eau dans son vin, ce qui explique certaines contradictions. Ainsi, il démontre après d'autres que Moïse n'a certainement pas écrit le Pentateuque (les cinq premiers livres de la Bible, voir http://pagesperso-orange.fr/daruc/divers/4bible.htm) mais considère ensuite, comme si de rien n'était, que le même Pentateuque a bien été dicté à Moïse par Dieu soi-même.

C'est peut-être pour concilier l'exigence de prudence et l'exigence de vérité qu'il soutient cette idée bizarre que les prophéties envoyées par Dieu peuvent être néanmoins fallacieuses :

En parcourant donc les livres sacrés, nous verrons que ce que Dieu a révélé aux Prophètes l'a été par des paroles, des figures ou par ces deux moyens à la fois, c'est-à-dire des paroles et des figures. Et il s'agit ou bien de paroles et de figures réellement perçues, existant en dehors de l'imagination du Prophète qui entend ou voit, ou bien de signes imaginaires, l'imagination du Prophète étant ainsi disposée, même dans la veille, qu'il lui semblât clairement entendre ou voir quelque chose. (1)

La voix qu'entendit Abimélech fut imaginaire, car il est dit (Genèse, chap.XX v6) : et Dieu lui dit en songe etc. (2)

L'Écriture ne fait pas connaître les choses par leurs causes prochaines, mais les raconte seulement dans un ordre tel et avec des phrases de telle sorte qu'elles puissent exciter le plus possible les hommes et surtout la foule à la dévotion. Pour cette raison, elle parle très improprement de Dieu et des choses, je veux dire, parce qu'elle s'applique non à convaincre la Raison, mais à affecter le plus possible la fantaisie et l'imagination. (4)

Et la foi dans les récits historiques, alors même qu'elle envelopperait une certitude, ne peut nous donner la connaissance de Dieu ni, conséquemment, l'amour de Dieu. L'amour de Dieu nait de sa connaissance et la connaissance de Dieu doit se puiser dans des notions communes, certaines et connues par elles-mêmes. (15)

Et une défense vigoureuse de la raison :

Je ne peux donc assez m'étonner que l'on veuille soumettre la Raison, ce plus grand des dons, cette lumière divine, à la lettre morte que la malice humaine a pu falsifier, que l'on puisse croire qu'il n'y a pas de crime à parler indignement contre la Raison, cette charte attestant vraiment la parole de Dieu, à la prétendre corrompue, aveugle et perdue, alors qu'ayant fait une idole de ce qui n'est que la lettre et l'image de la parole divine, on tiendra pour le pire des crimes une supposition semblable à son égard. On estime qu'il est pieux de n'avoir que méfiance à l'égard de la Raison et du jugement propre, impie de n'avoir pas pleine confiance dans ceux qui nous ont transmis les Livres sacrés ; ce n'est point là de la piété, c'est de la démence. (16)

De la religion à la politique (et au réalisme politique du temps) :

Les souverains chrétiens en effet n'hésitent pas pour la sécurité de leur pouvoir à conclure des traités avec les Turcs et les Idolâtres et à ordonner à ceux de leurs sujets qui vont habiter parmi eux de ne pas prendre plus de liberté, tant dans les choses humaines que les divines, qu'il n'en ont stipulé par contrat exprès ou que le souverain de ces pays ne leur en a concédé. C'est ce que l'on voit par le traité des Hollandais avec les Japonais... (16)

Enfin, dans la partie proprement politique, quelques maximes de bon sens :

Qui veut tout déterminer par des lois irritera les vices plutôt qu'il ne les corrigera. (20)

Ce qu'on ne peut interdire, il faut nécessairement le permettre. (20)


http://bouquinsblog.blog4ever.com/blog/lire-article-325165-2213358-traite_theologico_politique__baruch_spinoza_.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-interreligieux.forumgratuit.be
 
Spinoza
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA SUPERSITION ennemie de la Religion: SPINOZA
» Spinoza : Dieu et Histoire
» Recherche des exemples de désirs actifs chez Spinoza
» Spinoza, le Conatus : Conatus, Affections, Liberté
» "Je crois au Dieu de Spinoza".

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum interreligieux  :: Actualités, arts et culture :: Arts et culture-
Sauter vers: