Forum interreligieux

Espace d'échanges entre croyants et non-croyants
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Soufisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nari
Troll en laisse
Troll en laisse


Messages : 152
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Le Soufisme   Ven 11 Nov 2016 - 17:55

La religion n'est pas seulement un simple corps de droit a suivre, c'est surtout une prise de position morale et un ensemble de sentiments a l'égard de Dieu de ses prophètes et de ses pairs et de toute la création. Le Soufisme, concept apparu dès l’aube de l’islam, représente une dimension spirituelle, intérieure de la religion. C'est le cheminement spirituel d'un disciple vers l'amour de Dieu sous le contrôle d'un maître et ce dans tous les domaines de la vie. L'aide du maître pousse les élèves à la réflexion, et à une véritable prise de conscience personnelle pour entraîner leurs propre travail sur eux-mêmes, leurs propres réformes. Le Soufisme est donc une science qui en réalité est entièrement contenue dans les cœurs seulement, c'est là où elle demeure pure connaissance et pure lumière. Malheureusement, l'aspiration pour la Face divine comprend en son sein une lutte sans merci contre les tendances egotiques qui s'y opposent fermement. La pratique spirituelle soufie permet justement d'éviter les pièges tissés par un ego livré à lui-même. La voie vers Dieu reste très difficile pour l’ego passionnel car arracher l'âme au joug tyrannique des passions pour la délivrer de ses penchants coupables et de ses mauvais instincts n'est pas aisée. Par la grâce divine, la compagnie des gens de Dieu parfume les disciples de cette science et de cette piété et les parent de toute la noblesse. C'est ainsi qu'ils se débarrassent petit à petit et au fur et à mesure de la compagnie des vices et des passions qui les empêchent d’accéder a la compréhension et trouvent enfin les raccourcis vers la présence divine et vers l’anéantissement de l’âme charnelle au profit de l’âme apaisée et pacifiée.

Le littéralisme asphyxiant, nous venons enfin de le comprendre, n'est donc que l'ultime refuge de la pensée discursive face à son propre vide spirituel. La religion ne saurait être réduite au seul sens littéral des écritures saintes. C’est plutôt la profonde perception interne qui donne tout son sens aux écrits divins. L’islam, grâce au soufisme, trouve précisément toute sa plénitude dans cet équilibre entre la matière et l’esprit, entre le rite et son efficience symbolique et initiatique. La richesse de la Vie et l'intarissable flux du divin qu'elle porte en elle, ne peut être profondément vécue que par une démarche intérieure de purification, d’humilité, de pardon, d’amour, pour enfin retrouver l’essence des messages divins, leurs parfums et leurs béatitudes. C'est en ce sens que s'inscrit le Soufisme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nari
Troll en laisse
Troll en laisse


Messages : 152
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: Le Soufisme   Lun 14 Nov 2016 - 8:32

Dans le Coran comme dans la Bible, il est écrit qu'en toute vérité Dieu a donné vie à Adam en soufflant dans ses narines, et le soufisme, c'est justement le retour nostalgique a cet état d’âme qui est le fond même de la religion. Les maîtres soufis, ayant accompli une certaine expérience spirituelle, nous informent que les saveurs spirituelles, ivresse et dévoilements, sont de profondes manifestations de la connaissance divine. Cela apparaît clairement dans leurs poésie. Pour eux, le vrai chant soufi se fait lorsque le soupir de l'âme est exprimé en vers, modulé, rythmé et accordé. L'amour réciproque de Dieu les submerge en ce sens, car l'acte d'aimer dans leurs visions des choses est tantôt attribué à Dieu, tantôt à l'homme. Nous en comprenons que lorsque l’Amour est totalement sincère et absolu, il a pour effet que l'amant s'identifie à celui dont il est "épris" au point de tout assumer. Nous saisissons donc jusqu'où le niveau et la foi des soufis les comblent. L'amour de Dieu qu'ont pour lui ses amants est un rapport intime avec son Être qui reste en réalité indissociable de leurs cœurs ne comportant aucune finalité intéressée....

Comment ne pas se lier d'amour permanent avec ces vénérables adorateurs en qui chacun de leurs mots logent des pensées puissantes et profondes qui montrent dans le langage du cœur une volonté de vraie recherche de l'extase. Le seul but de la quête incessante de leurs âmes constamment mues par l'élan d'amour et de la nostalgie du divin appelle l'humain au retour a ses origines pour une rencontre entre l’amant et de l’aimé. Tous ceux qui liront leurs poèmes sans préjugés verront que les grands maîtres du soufisme ont de tout temps veillé à présenter dans leurs poèmes l'image la plus conventionnelle possible pour la conscience générale et particulièrement pour le point de vue des religieux et des partisans purement exotérique, préservant le soufisme de toute expression qui puisse soulever la controverse. Tout donc, absolument tout, a été fait pour rendre le soufisme acceptable aux tenants de l’exotérisme, et pourtant il reste a ce jour l'apanage des humbles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nari
Troll en laisse
Troll en laisse


Messages : 152
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: Le Soufisme   Mar 15 Nov 2016 - 8:27

Nous avons compris que pour les maîtres soufis, le vrai chemin spirituel restera éternellement un chemin intérieur et que l'on ne rentre pas en spiritualité, mais qu'on la vit au quotidien. Le monde tel que conçu par les gens du commun n'est donc point autre chose que l'obstacle entre l'homme et l'Universel. Bien que la Lumière universelle est en chacun des humains, arriver à la ressentir dans toutes les situations n'est pas aisé pour tout le monde, alors les soufis exhortent les disciples a la méditation et la conscience spirituelle pour les aider a atteindre cette vérité et élever leurs cœurs au niveau désiré. Les initiés en ce sens disent clairement que l’expérience de l’Amour et de la beauté qu'on découvre en soi-même dans la contemplation intérieure rejaillit nécessairement sur leur vision du monde. Dans leurs itinéraires, ils découvrent donc avec proximité que l’être humain n’est plus seulement ce squelette matériel ayant des spécificités mentales mais qu'en vérité c'est une âme céleste habitant un corps terrestre. Le corps a des besoins correspondant à sa nature inférieure, l’âme a des élans d'amour correspondant à sa nature supérieure. C’est en vertu de cette connaissance profonde de soi que l’âme du disciple acquiert les qualités pour avancer sur le chemin qui mène à la connaissance de la "Réalité" loin des attraits purement terrestres en rompant définitivement avec les passions et les bas désirs. C'est grâce a cela que les moments de présence divine deviennent des instants de profonde conscience de la réalité du monde, et de connaissance de toute sa vraie valeur. Les secrets divins dans le monde se manifestent dorénavant en eux, en tant que sensations spirituelles intenses, par la révélation de significations spirituelles, ou encore en tant qu'illuminations intérieures.

En permanence les disciples soufis polissent le miroir de leurs cœurs par la méditation et le souvenir continuel de Dieu jusqu'à ce qu'ils puissent mériter que les Lumières Seigneuriales s’y reflètent. En réalité cette voie suivie par les véritables soufis a toujours été considérée par les croyants de toutes les confessions et de toutes les générations comme celle de la vérité et de la bonne conduite. Elle repose sur la pratique de la piété, de la foi, du renoncement aux vanités du monde, aux plaisirs, aux richesses et aux honneurs que recherche le commun des hommes, et dans certains moments de retraite, loin du monde, pour se consacrer à la concentration. Aucun amalgame ne peut exister pour ceux qui en ont dégusté le minimum des saveurs de leurs sciences. Dans leur pauvreté il n'y a aucune prétention de grandeur, de supériorité ou de détention de vérité, il s'agit seulement de se mettre en disposition de recevoir les dons de Dieu car en ce sens, ce sont pour les besogneux que sont réservées les aumônes célestes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nari
Troll en laisse
Troll en laisse


Messages : 152
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: Le Soufisme   Mer 16 Nov 2016 - 12:08

Dans ce cadre il ne faut donc jamais perdre de vue que pour les soufis les caractéristiques essentielles de la foi sont loin de se cantonner dans des actes purement cultuels. Au contraire pour ces humbles croyants tout mérite est totalement conditionné par l'efficience de l'acte accompli par le fidèle et surtout son état du cœur au moment de l'acte. Ce Cœur ne cessera d'en dire de plus en plus mais comment comprendre l'inabordable. Par la grâce divine de part leurs poésies, ces vétérans de l'Amour sont heureusement parvenu à exprimer ce que vit vraiment l'initié en présence d'un Au-delà dont certaines effluves peuvent être goûtées ici bas. Dans une telle situation de proximité, l’esprit se doit d’être à chaque instant en profond état d’humilité, car sans cette illustre qualité, il est impossible d’accéder à l’élévation spirituelle ou morale sans oublier que la tolérance repose justement sur l'humilité. Ce n'est qu'après avoir mené un grand combat contre soi, et être dépouillé de toute individualité, que les disciples sont finalement délivrés de toutes les visions partielles et illusoires qui leurs sont attachées. La leçon dans tout cela se résume au fait qu'en se libérant du sentiment d'orgueil qui occupe les esprits et les passions, qui sont injustement pris pour véritable identité, on peut enfin grâce à la modestie être sauvé de toute arrogance et de tous les désirs voilés. Au fur et à mesure que l'emprise de l'ego disparaît, apparaît graduellement la réalité universelle. Un connaissant disait en ce sens : « Vide ton cœur de toute chose pour que les secrets et les connaissances spirituels affluent vers lui, car il se peut que les lumières arrivent, mais rebroussent aussitôt chemin, lorsqu'elles le trouvent rempli par le désir des créatures». L’universalité et l’ouverture d’esprit, dont la tradition soufie est porteuse, interpelle et touche particulièrement le monde moderne ou elle suscite de nos temps un intérêt croissant parce que justement les cœurs comprennent la véracité de ce profond cri d'amour qu'est le Soufisme.

Etant donné que les soufis se laissent guider par leurs sentiments en cherchant la vie en amour avec Dieu par un contact intérieur, ils mettent au centre de leur vie la relation de Dieu et de l'homme. Alors souvent incompris, il échappe de leurs bouches dans leurs états extatiques des gestes, des soupirs, quelques fois des métaphores et des allégories dont le sens profond échappent au commun des gens et parfois même à certains initiés. Ce qui, en partie, justifie cette répulsion que les conformistes aveugles ressentent à leur encontre suite à un simple manque d'amour et surtout parce qu'ils dérangent et bousculent les habitudes religieuses les plus tenaces. C'est cette avancée dans la profondeur ésotérique qui a de tout temps fait apparaître le Soufisme a l’orthodoxie telle une déviation mais paradoxalement toutes les traditions religieuses reconnaissent l'acte religieux comme justement le passage de la vérité de surface à la vérité sublime. Le Soufisme ne cessera de révéler a l'humanité une profondeur ascétique que les mouvements intégristes et les religionophobes nous font généralement oublier par leurs disputes intempestives imprégnées gravement dans un profond état de mondanité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nari
Troll en laisse
Troll en laisse


Messages : 152
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: Le Soufisme   Jeu 17 Nov 2016 - 10:02

Le cheminement spirituel soufi consiste donc à retrouver pleinement cette vérité oubliée sur l'indigence totale de l'homme par rapport a la Divinité. Les humains ont vraiment grand besoin de discerner ce qui constitue la grandeur aux yeux de l'Universel, pour quiconque désire vivre une vie spirituelle d’excellence. Cette vertu peu fréquente, voire peu recherchée, c'est a dire l'Humilité, reste pourtant la plus nécessaire pour un véritable cheminement… C’est cette attitude intérieure que les soufis cherchent à cultiver et fortifier, puisqu'elle se fonde sur la juste connaissance de soi et l’appréciation des autres. Pour eux, seul cet état d’âme peut ancrer l'éphémère dans l'essentiel, et faire goûter à l'atemporalité universelle. Malheureusement, la perspicacité de l’homme pour discerner l’éclat de toute cette lumière dépend en profondeur de la pureté de son cœur. Dans un cœur purifié il n'y a de place que pour le Réel et cela ne relève aucunement de la dialectique ou de la pensée discursive et les mots ne peuvent servir a rien sinon a renforcer les illusions et les leurres de l’ego dans une autre vision erronée du monde. Mais ne soyons pas totalement expéditif car comme dans le cas des grands amoureux, quelques parts leur langage poétique mystique, en libérant la parole des contraintes du discours organisé, a bien été à même d'exprimer l'ineffable désir de Dieu. Le Soufisme nous invite à lever le voile de nos cœurs pour redécouvrir, par l'expérience de nos sens, Celui qui est en nous et en qui nous sommes, et par un grand témoignage assouvir la soif et la nostalgie du divin. La culture soufie contribue pleinement à restaurer la primordialité spirituelle des messages religieux, qui comme tout le monde peut le constater, est trop souvent étouffée par le simple juridisme conformiste et le formalisme aveugle. C'est le soufisme véridique qui, par un cri d'amour, brise tout ces facteurs d’instrumentalisation de la religion. Cet élan d’Amour vers le Créateur, cette soif absolue de l’amoureux est profondément présente chez le soufi, et dont il ne désire seulement que « la Face de Dieu.» L’aboutissement du cheminant devrait être cette station ou partout c'est la vision de l’Être suprême qui s'impose...

En ésotérisme religieux, Dieu exhorte les croyants à vivifier en permanence leur foi à travers Son souvenir afin que leur spiritualité puisse couler à flots dans les fleuves de l’amour divin en chaque temps et en chaque lieu. C'est en ce sens que le chemin emprunté par des hommes et des femmes qui, pétris d’amour et de reconnaissance envers Dieu, nourrissent leur être et le notre par Son rappel incessant. L'engouement pour le soufisme, en Islam, n'est justement pas automatique par le commun des croyants du fait qu'il n'est pas donné à tous d'avoir spontanément la sensibilité nécessaire pour apprécier une Vérité aussi sublime. .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nari
Troll en laisse
Troll en laisse


Messages : 152
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: Le Soufisme   Ven 18 Nov 2016 - 9:41

Pour le Soufisme, toute discipline d’éveil se doit nécessairement de pourfendre les dogmatismes étroits, quels qu’ils soient en marquant en profondeur l'attachement à la Religion primordiale qui vise la signification intérieure de toute chose. L'’éveil n'a, bien sur, point pour vocation d'annuler les actes de recherche de Dieu, les rites ou les approches, mais plutôt de les plonger dans l’unité mystérieuse qui sous-tend la diversité des formes religieuses. C'est une vérité à laquelle sont souvent aveugles les intuitions, et que découvrent les consciences par générosité du Miséricordieux. C'est par cet état d’âme qu'il est permis à tout un chacun d’entrer en contact avec Dieu de manière intime et personnelle. Comme nous l'avons déjà vu, sans la réelle humilité, on finit souvent par mépriser ceux dont on pense iniquement qu'ils sont déviants, ou qui ne sont pas à notre hauteur ainsi que ceux qui n’agissent pas avec ferveur comme "Nous". Reconnaître sa faiblesse et son indigence spirituelle n'est effectivement pas chose aisée car elle s'inscrit pleinement dans l'effacement même de l’ego. Le véritable état d'humilité suppose de se conformer aux attributs de pauvreté alors que c'est plutôt signe que l'on suit son simple caprice que de s'empresser avec arrogance d'accomplir des actes pieux et d'éprouver de l'ennui à se conformer intérieurement à la modestie. L'appel du Divin n’est entendu par l’âme qu’une fois qu’elle s’éveille par l'humilité à sa réalité antérieure profondément inscrite en elle. Elle nous invite sans cesse à nous ressouvenir de l'Universel inscrit au profond de nos âmes. En fait, éduquer les individus par de saintes personnes ayant des valeurs spirituelles et morales a été recommandée de tout temps et à tout moment. La consolidation de l'immunité morale aussi bien dans la lutte contre les déviations et les déraisons, que la prétention et l’extrémisme, a été inculquée à l'humanité par des hommes humbles. Malgré que dans ces temps qui courent, les intégrismes se coalisent et battent le plein pour réaliser leurs projets funestes et destructeurs de la personnalité humaine dans le monde, de leurs sanctuaires spirituels, ces humbles personnages nous interpellent sur le vivre-ensemble. Effectivement leurs ferveur forme l’antidote à tous les poisons qui assassinent la vraie religion et ses lumières ainsi que tout humanisme...

La perfection humaine, on le sait déjà par l'écriture sainte, est liée à l’image divine qui lui procure ses secrets ésotériques. "L’homme est un miroir qui, une fois poli, réfléchit Dieu ".. Les Soufis irriguent en ce sens, leurs adeptes de l'amour véritable, leurs ouvrent une lucarne vers les profondeurs du soi et l'infini du ciel, et les plongent dans cet océan sans rivage. Leurs rencontres sont vraiment des moments privilégiés d’échange intérieur, de partage et témoignent de la possibilité de vivre ensemble actuellement la spiritualité de manière épanouie et équilibrée malgré les empêchements de la vie contemporaine. On peut à titre d'exemple facilement constater dans le contexte de crise spirituelle que l’on connaît aujourd'hui, que la pratique même de la religion est en danger du fait d’une mauvaise compréhension de son esprit. L’attraction de l’Homme de nos temps envers le pouvoir et la matérialité a tellement porté atteinte à sa nature par un débordement de la matière sur l'esprit, que l'équilibre entre les deux dimensions, esprit et corps, devient de plus en plus nécessaire à réaliser. Mais les difficultés se font de plus en plus sentir, et justement, par la grâce divine, les soufis ont toujours eu cela pour souci et réussissent à chaque fois de s’adapter aux contingences du moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nari
Troll en laisse
Troll en laisse


Messages : 152
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: Le Soufisme   Sam 19 Nov 2016 - 9:39

Il est vrai qu’en accompagnant les soufis dans leur démarche intérieure, le commun ressent, sans nul doute, une grande difficulté, car la pratique de la religion, telle qu'elle est généralement conçue par les croyants ne devient auprès d'eux qu'une simple illusion. Dans certains états ils arrivent à proférer des propos extatiques qui souvent heurtent la conscience des croyants ordinaires. Mais, par la grâce divine, dans toute religion les docteurs de la Loi conçoivent dans une certaine mesure que les mystiques puissent être visités par l’extase et ils ne leurs demandent que d’en contrôler les débordements, et de ne pas évoquer cela ouvertement devant des profanes. Pour accéder à la Connaissance divine, l’ouverture de l’œil du cœur reste pour eux une condition primordiale. L'ésotérisme devient clairement l'essence de la religion du fait même qu'il soit fondé sur la "Réalité Supérieure" et sur le "Cœur", centre subtil de l’être, celui-là qui seul a la faculté de recevoir la Connaissance divine. En fait tout en eux stimule l’éveil du cœur de celui qui les lit et le prédispose à recevoir pleinement la nourriture céleste. Ils facilitent énormément à leurs interlocuteurs la difficulté majeure de se débarrasser de leurs prétendues connaissances et de toutes leurs certitudes qui paradoxalement constituent les voiles qu'ils cherchent justement à en soulever un coin. On ressent vraiment à leur lecture que la prétention à la connaissance, tout simplement livresque, est un vrai voile à la connaissance intérieure et ils obligent ainsi la pensée banale à renoncer à l’illusion de pouvoir s'en approcher par le simple intellect. Les aspects et comportements intérieurs auxquels ils font allusion dans la plupart de leurs interventions sont tellement fondamentaux et centraux en religion et dans les traditions qu'ils constituent les voies d’accès incontournables à la connaissance spirituelle. Je ne pense vraiment pas qu'un cœur, quelques soient les précautions prises par lui, autrement qu'ils ne le décrivent, puisse être irradié de lumière pour s’éteindre dans l’Unification. La vraie perception du monde devient pour les humains la quête incessante de l’Âme en vue de retrouver la fibre lumineuse qui sommeille en elle.

En définitive, c'est vraiment un exercice plus que périlleux que de définir avec des mots une expérience spirituelle ayant trait au dépouillement intérieur et à l'effacement du moi. Mais c'est en même temps une exigence devant la nécessité de la Réalité suprême, qui est à la fois immanente et transcendante, et qui est cause et finalité de toute religion et de toute la création. Heureusement, pour l’âme humaine en quête de l'universel, une très légère impulsion émanant de la "Vérité" peut déclencher une compréhension profonde qui annihile définitivement les leurres égotiques. Le Grand maître spirituel, le chantre de l'Amour Divin, Rûmî, expliquait cela en donnant l'exemple d'un Jardinier. Il disait que s’il n’avait eu ni désir ni espoir du fruit, pourquoi aurait-il planté l’arbre ? Donc, selon la réalité intérieure, c'est donc le fruit qui a donné existence à l’arbre, même si, quelques parts en apparence, on constate concrètement que c'est bien l’arbre qui a donné naissance au fruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lhirondelle
Admin
Admin
avatar

Messages : 1722
Date d'inscription : 05/04/2013
Age : 54
Localisation : Belgique francophone

MessageSujet: Re: Le Soufisme   Sam 19 Nov 2016 - 15:16

Tu te rends compte que tu parles tout seul ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-interreligieux.forumgratuit.be
Nari
Troll en laisse
Troll en laisse


Messages : 152
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: Le Soufisme   Dim 20 Nov 2016 - 6:23

La principale source de l’incompréhension dont sont victimes les soufis de la part du commun reste donc ce "moi" dominant qui bien que constituant une limite dans le fond irréelle, reste très difficilement franchissable. S’il s’avère assez facile de dépasser les voiles de l'intellect qui génèrent des états d'incompréhension, il est beaucoup plus embarrassant de dépasser les évidents leurres de vérité. Par la grâce divine l’amour est de nature à triompher de toutes ces distances incommensurables car pour les soufis quand l’éphémère s’attache par désir ardent à l’éternel, il s’imprègne de sa qualité d’éternité. Si durant le parcours, leur démarche semble dénigrer l'importance de l'aspect rationnel, il n'en est rien à leurs yeux, car la science profane mène effectivement dans une certaine mesure à la connaissance universelle, mais cela, évidemment jusqu'à seulement un certain palier. Il faut donc pour cela, posséder une profonde faculté de discernement des niveaux d'où surviennent les simples lois ordinaires, de ceux d'où jaillissent les sentences absolues bien que dans un tout autre plan toutes ils s'interpénètrent également. Ils pensent tous que ce qui est éternel ne peut être distingué de ce qui est éphémère au moyen d’une qualification principielle qui pourrait faire l’objet d’une quelconque science. Il ne se distingue de lui que par la "négation" de tout ce par quoi l’éphémère est banalement qualifié, et par absolument rien d’autre. Au contraire, les voiles qui empêchent de saisir la Vérité sont immenses, et le plus épais d'entre eux reste justement la science profane. La science ordinaire devient pour le chercheur le voile le plus épais parce qu'elle exige de lui qu'il voit le monde dans la simple limite de la connaissance qu'il possède de lui. Il ne peut en conséquence plus avancer. Nous venons de le comprendre, le terme «soufisme», est plutôt défini comme un enseignement initiatique, une progression spirituelle qui comporte différentes étapes de purification de l’âme et jamais comme une simple science livresque. Seul en connaît toute la valeur celui qui y a goûté, qui en a contemplé la demeure initiatique comme un état profond et interne. Le Soufisme forme plutôt les effusions de la présence divine qui accorde à l'initié fidèle des savoirs, des connaissances, des secrets, des effusions spirituelles, des sagesses, des états de certitudes qui ne relèvent plus de la connaissance seulement livresque. Il s'agit clairement des secrets de la découverte de Dieu et de Soi.

La Science profane, nous venons enfin de le comprendre, ne devient, à leurs yeux, qu'un jugement extérieur aléatoire sur la réalité des choses et du monde en fonction de nos simples besoins et de nos valeurs. C'est bien différent d'une contemplation passive amoureuse ou c'est plutôt l'universel qui se dévoile. Attention, dans le Soufisme toute science est sacrée, il ne se pose ici que la question de la capacité de l’homme à contempler la théophanie qui correspond à celle des êtres depuis leur réalité essentielle dans leurs non-conditionnement absolu jusqu'à l’existence sensible dans ses dimensions concrètes et apparentes. La perception interne ne peut aucunement découler d’une simple prise de position mentale ou éthique après une étude livresque aussi profonde soit-elle. Ce n'est dans ce cas que par un certain genre de remarques, subtiles et souvent inattendues, par des allusions habiles et ingénieuses que sont élargies les interprétations du monde par des Maîtres connaissant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nari
Troll en laisse
Troll en laisse


Messages : 152
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: Le Soufisme   Dim 20 Nov 2016 - 6:34

lhirondelle a écrit:
Tu te rends compte que tu parles tout seul ?
Chère lhirondelle,
Comment, ne me dites surtout pas que vous ne voyez pas combien sont nombreux les participants dans ce dialogue. Peut-être que quelques parts c'est seulement le fait qu'ils soient restés bouche bée devant cette abondance qui vous fait croire à une quelconque solitude. Essayez de vous mettre à la place des auditeurs et vous constaterez tout l’Intérêt de ce discours et comprendrez enfin leur silence plénier. N’éveillez toutefois pas leurs consciences cognitives car dans un sujet comme le Soufisme, l'auditoire se doit d’être serein et surtout profondément calme et attentif. Le problème crucial reste plutôt le fait qu'il est impossible de se contenter d’un très bon début comme c’est le cas ici-même, un discours efficace doit malheureusement savoir maintenir l'attention de l'auditoire jusqu'au bout.  Very Happy  Very Happy  Very Happy

Vous m'avez surement compris, c’était seulement pour rire. Voilà, je viens de terminer l’aperçu général du Soufisme tel que le voient certains connaissant. D'autres topics ayant trait aux fondements du Soufisme seront prochainement ouverts. Il sera également question de l'Histoire du Soufisme, son véritable origine, ses bases et ses fondements, ses clarifications, ainsi que les grands personnages exceptionnels qui en sont le symbole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lhirondelle
Admin
Admin
avatar

Messages : 1722
Date d'inscription : 05/04/2013
Age : 54
Localisation : Belgique francophone

MessageSujet: Re: Le Soufisme   Dim 20 Nov 2016 - 17:54

Le forum est désertique ! Alors , à part les mouches ou les araignées, je ne vois pas qui peut être bouche bée he he
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-interreligieux.forumgratuit.be
Nari
Troll en laisse
Troll en laisse


Messages : 152
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: Le Soufisme   Lun 21 Nov 2016 - 9:41

lhirondelle a écrit:
Le forum est désertique ! Alors , à part les mouches ou les araignées, je ne vois pas qui peut être bouche bée he he
Chère lhirondelle,
Si ce forum était vraiment désertique, il l'aurait été également de vous et de moi-même Very Happy Very Happy . Or ce n'est nullement le cas. Les lecteurs prennent donc tout simplement un temps de réflexion pour intervenir. Il vous faut plutôt, en votre qualité d'administratrice, vous préparer a les accueillir. Cela revient à dire qu’il faut leurs faire confiance et sur le regard qu'ils posent sur les différents topics. Cela est plus que normal, parfois, un temps d’arrêt permet de reprendre souffle et de rattraper l'engagement avec un nouvel enthousiasme. Et surtout n'oublions pas que celui qui donne largement de soi-même récoltera largement, celui qui donne peu de soi récoltera peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Soufisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Soufisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Soufisme selon Ibn ’Aqîl
» SOUFISME ET ATHEISME
» soufisme
» Soufisme: ode d'Ibn el 'Arabi
» Le soufisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum interreligieux  :: Que crois-tu ? :: La foi en question-
Sauter vers: